Archives de catégorie : Actualités

Trophée MAP : 11 filles dans la mêlée.

Trophée MAP : J-2.

Elles seront 11 filles sur la ligne de départ jeudi après-midi.
Une Russe Irina Gracheva, une Belge Marie-Amélie Lenaerts et 9 Françaises.
Elles seront 3 à s’aligner pour la toute première fois à une course Mini en solo : Agathe De La Hougue, Anne-Gaël Gourdin et Anne Bauge.
Marie Robert, Axelle Pillain et Elodie Fournot continuent de faire leurs classes . La première en est à sa troisième saison et ambitionne d’aller aux Açores cet été, les deux autres ont débuté en 2018.
La jeune pousse, sur un Pogo3, s’appelle Amélie Grassi. Elle débarque sur le circuit cette année et a 3 épreuves à son actif. Derrière sa timidité et sous ses airs de petite fille sage, elle est une redoutable compétitrice sur l’eau. Pour preuve : première à la Plastimo Lorient Mini 6,50, deuxième à Pornichet et 6ème à la Mini en Mai. A suivre.
En 3 années, Clarisse Cremer est passée du statut de débutante à celui de valeur sûre, auréolée d’une place de dauphine à la dernière Mini Transat. Depuis celle-ci, elle a encore aligné une deuxième transat en participant à la Transat AG2R. Clacla n’est pas venue pour enfiler des perles et c’est en tête de flotte qu’il faudra la chercher sur la carto.
Une seule en Proto, Camille Taque. Elle aussi fait partie désormais des anciennes après deux saisons terminées il y a à peine 6 mois par une très belle 9ème  place sur la Mini Transat, toujours avec son fidèle renard.

Aaaaaalllllez les filles !!

Photo Simon Jourdan.

Trophée Marie-Agnès Péron 2018 : Transhumance Estivale.

Aujourd’hui c’est l’été à Treboul, les Minis sont là !

Le double rendez-vous douarneniste de juin, c’est le retour de la troupe hétéroclite des marins de la Classe Mini 6,50 et de leurs petites machines de course de toutes les couleurs. Les courses Mini à Tréboul, c’est le passage arc-en-ciel du printemps à l’été, quels que soient les caprices des nuages et du soleil.

Les deux courses organisées par le Winches Club présentent deux profils très différenciés.

Le Trophée Marie-Agnès Péron, en solitaire sur 220 milles nautiques, s’inscrit dans un cadre compétitif qui englobe, dans le désordre, la troisième étape du Championnat de France de Course au Large en Solitaire, la préparation de la SAS (les Sables – les Açores – les Sables) estivale, le classement au ranking international de la Classe, et bien entendu, une course à part entière.

Le Mini Fastnet est sans conteste le plus beau fleuron des courses en double de la Classe. Il suffit de jeter un coup d’œil au palmarès des trente deux éditions précédentes depuis 1987 -bon nombre des concurrents actuels n’étaient pas nés-, pour en prendre la mesure. Le Mini Fastnet et son parcours mythique de 600 milles nautiques représente un Graal en soi. Ils seront 80 équipages, 160 marins, sur la ligne de départ.

Trophée MAP en vue :

Les trônes fragiles.

Comme chaque année paire, il y a beaucoup de nouveaux noms sur la liste des inscrits à cette quatorzième édition du Trophée Marie-Agnès Péron. Une nouvelle vague de Ministes, tout juste entrés en lice, pour beaucoup au début de cette saison, ils ont tout au plus l’expérience de trois ou quatre courses en solitaire. Ce ne sont plus tout à fait des bizuts, et ils commencent à regarder plus loin que le bout de leurs étraves, de plus en plus vers le tableau arrière des plus anciens, les briscards de la catégorie qui auraient tort de se reposer sur les lauriers de leurs milles parcourus. Leurs trônes sont fragiles.

Un quintet d’enfer en Série.

Les hommes en forme et expérimentés, brillants acteurs de la dernière Mini Transat (il y a à peine 6 mois), et ayant chacun une victoire au compteur sur les trois premières épreuves de l’année, sont le Suisse Valentin Gautier et l’Italien Ambrogio Beccaria. Nul doute qu’ils animeront la tête de l’épreuve.

Il n’est inscrit qu’à une seule course cette année, mais c’est la sienne. Impossible de ne pas citer Davy Beaudart parmi les grands favoris. Il a son actif 3 victoires en Série (2008-2010 et 2011), une victoire en Proto (2015), sans parler des places d’honneur et du Mini Fastnet.

Suite au retrait de Nicolas D’Estais, c’est Clarisse Cremer qui prend la barre du 905 au débotté. Nul doute que Clacla, que l’expérience acquise – avec 2 transats en compétition en moins de 6 mois (2ème de la Mini Transat et 14ème de la Transat AG2R) – et sa rage de vaincre en feront une candidate au podium.

Enfin, le cinquième soliste de ce quintet n’est autre que le tenant du titre, ni plus ni moins le dernier vainqueur de la Mini Transat. Même s’il s’est inscrit Erwan Le Draoulec sera « la » référence de cette compétition.

Parmi les petits nouveaux, c’est une nouvelle qu’il faut citer, puisqu’après s’être adjugée la Plastimo Lorient 6,50 (en double), elle est montée sur la 2ème marche à Pornichet et elle a aussi brillé à La Trinité en empochant la 6ème place d’une course très exigeante. Il s’agit de suivre de près Amélie Grassi.

Elles seront 11 filles au départ sur 51 participants en Série.

Bras de fer en Proto.

Ils sont trois à avoir occuper les trois marches des podiums depuis le début de la saison. Erwan Le Mené a eu l’avantage à chaque fois. Des éléments font qu’il n’est pas – malgré son talent et son magnifique plan Lombard – devenu intouchable : d’un côté, les conditions de vent léger rencontrées sur les régates ont plutôt été favorables au légendaire 800 ; d’un autre côté François Jambou a trouvé les clés du camion « Maximum », c’est une sacrée bête à apprivoiser et ce n’est pas rien de succéder à Ian Lipinski, mais le Concarnois est loin d’avoir renoncé ; enfin, l’Allemand Jörg Riechers, un autre nez rond, pourrait prendre le rôle de l’arbitre et coiffer tout le monde sur le poteau.

Des nouveaux bateaux, nés en 2018, seront aussi de grandes attractions sur les pontons de Tréboul :

Le nouveau Proto Lombard qui n’a le nez ni rond, ni pointu…est représenté par François Champion (950) et Axel Tréhin (945) qui, après 15 mois dans le tunnel, peut être fier de son bébé.

Deux nouveaux « Proto/Série » feront leur apparition : un David Raison (Maxi 6,50) et un Etienne Bertrand . (Lors de la sortie d’un bateau destiné à la Série, celui-ci court d’abord en Proto, le temps que 10 exemplaires soient sur l’eau).

Alors, faites vos jeux, sur l’eau c’est sûr, il va y en avoir.

Pendant la course, nous pourrons suivre les débats au plus près sur la cartographie. Avant le départ, sur les pontons de Tréboul, nous pourrons côtoyer les lauréats de la prochaine S-A-S, au départ des Sables dOlonne fin juillet, ils seront probablement parmi eux !